Les années 20

 

1922-23 : Cap'taine Gaston 

Et si on jouait au football maintenant...

"La Fédération Française de Football (F.F.F.) fondée en 1921 et reconnue d'utilité publique par le décret du 04/12/22 a pour objet d'organiser, de développer et de contrôler la pratique du football"

Tout le monde a bien connu ces grands joueurs brésiliens : DIDI, VAVA etc.

A Rosières, on a DADAT (de son prénom Gaston, voir photo ci-dessous) et qui est le premier capitaine de l'équipe de football.


Effectif de la Société

L'US Rosières présente un effectif de 23 à 37 éléments en 1922-23.

Engagez-vous !

Pour la première fois, le département du Cher organise un championnat de football sur 3 divisions (ou séries) non officiel et donc non reconnu. Ce championnat est divisé en trois régions (Sud, Sologne et Sancerrois). Cette bonne idée n'a pas le succès escompté ...faute de participants (dans certaines régions) et d'une organisation stricte. On préfère encore le rugby au football !

La poule finale du championnat de 1ère  série 1922-23 regroupe le vainqueur du secteur Sud-Centre : US Berry (Bourges), le vainqueur du secteur d'Aubigny s/ Nère : l'Albinienne (US Aubigny s/Nère) et enfin le représentant du sancerrois: la Société Sportive de Saint-Satur (ou 4S) . La finale opposant l'US Berry et l'Albinienne ne va pas à son terme et après 4 prolongations , le capitaine berruyer préfére donner la victoire aux albiniens... 

L'US Rosières n'y est pas engagée...

Il faudra attendre la saison 1931-32 pour voir le premier championnat du Cher officiel et vraiment organisé.


Ils prêchent pour leur paroisse

Le football départemental ne tourne pas encore vraiment rond ! Preuve en est cette protestation de l'AS Ivoy-la Chapelle au sujet de l'incorporation de militaires dans une équipe voisine. La réponse du District du Cher est peu convaincante car les règlements ne sont peut-être pas clairement définis. Autre remarque la lettre ouverte est signée du Comte Xavier de Pomyers qui deviendra le patron du District du Cher de football association l'année suivante ... 

Balle au Centre

Nous sommes à la sortie de la Grande Guerre, le sport et le football s'organisent, se structurent de nouveau. La Fédération Française de Football Association est fondée le 7 avril 1919, la Ligue du Centre de Football Association (LCFA), présidée par le baron Henri AUVRAY, emboite le pas peu après (27 octobre 1919). Dès la saison 1919-20, les premiers championnats officiels (1ère, 2ème et 3ème série) sont lancés dans cette Ligue du Centre. Parmi les six départements représentatifs y compris la Vienne, le Cher* n'y participe pas.

Divisée en trois districts : Tours Nord, Tours Sud et Orléanais, AS Châteauroux (Tours Sud) est le tout premier champion du Centre de 1ère série en 1919-20 devant l'US Montargis et le RC Tours.

En 1920-21, ce sont une cinquantaine de clubs (toujours pas de représentants du Cher !) répartis sur deux districts (Tours et Orléanais) qui se sont inscrits dans les divers championnats. C'est encore l'AS Châteauroux qui soulève le challenge de la Victoire offert par l'"Echo Sportif" récompensant la meilleure équipe du Centre et toujours en 1ère série, le plus haut niveau régional de l'époque.

La Division d'Honneur voit le jour en 1923-24 avec l'avènement du grand club tourangeau l'AS Docks du Centre de Tours (association sportive d'un groupe de distribution). Les Dockers remporteront 8 titres en 10 ans (et deux fois deuxième !). Malheureusement ce club est dissous quelques jours après son dernier sacre en 1932 pour renaître un peu plus tard sous le nom de l'US du Centre de Tours mais il n'aura pas la même notoriété que son frère jumeau.

L'édition 1934-35 est certainement la plus indécise d'avant-guerre. A la fin de la saison régulière, deux clubs se partagent la première place (le goal average n'est pas pris en compte !) : ASJ Châteaudun et CASG Orléans. Lors du premier match d'appui à Blois, les coéquipiers de Kléber PROVOST mènent 2 à 0 à la mi-temps. C'est sans compter sur la vaillance des orléanais qui réussissent à recoller au score, 2-2 après 120 min de jeu. Le champion du Centre 1934-35 n'est toujours pas désigné.

Tout ce petit monde se donnent de nouveau rendez-vous sur le pré de Blois quelques jours plus tard. ASJ Châteaudun pense avoir fait le plus dur en menant 2-1 à 10 minutes de la fin.

En quatre minutes, le match bascule en faveur de la "Générale" survoltée 3-2

ASJ Châteaudun a donc laissé deux bonnes occasions pour le titre mais tant qu'il y a du jeu, il y a de l'espoir, n'est-ce pas !

Cette même année, AJS Châteaudun dispute le premier championnat de France amateurs (Challenge Jules RIMET, vainqueur le Stade de Reims) ...grâce à son meilleur goal-average. Quatorze champions de Ligue régionale, repartis sur 4 poules, participent à cette première édition. 

L'ASJ Châteaudun termine dernière de la poule B avec une défaite 4-1 au SC Red Star Strasbourg (Ligue d'Alsace), une défaite à Orléans 7-2 contre l'US Quevilly (Ligue de Normandie)  et le match  contre l'AS Moulins (Ligue d'Auvergne) sera annulé. Ce club d'Eure-et-Loir participera à ce championnat de France amateurs de 1935 à 1939 avec un bilan plutôt maigre (4 victoires , 2 nuls et 8 défaites).

Enfin pour l'anecdote un seul club, hors région Centre-Val de Loire maintenant, viendra glisser son nom au palmarès de la Division d'Honneur de la Ligue du Centre, Châtellerault (86) en 1933-34. Avant l'ultime journée, le CAS Châtellerault et l'AC Amboise sont à égalité parfaite. Les châtelleraudais auront le dernier mot après leur succès 2-1 …contre les amboisiens lors de la dernière séance.

*Le 23 juillet 1930 nait le District du Berry (composé de deux sous districts du Cher et de l'Indre) qui se divise le 23 juin 1938 avec la création du District du Cher (voir anecdotes des années 30).

Le District de Châteauroux, le 22 septembre 1921, ainsi que le District du Cher, le 27 août 1922, sont formés (structures officielles !) et servent plus d'antennes pour promouvoir et organiser les premiers championnats de football dans la LCFA.

 

1923-24 : 12 contre 11, c'est plus facile ! 

Le 27 janvier 1924, la rencontre contre le voisin florentais est sans doute l'un des tout premiers matches de football de l' USR ...avant de subir une lourde défaite contre l' US Issoudun 15-0 (un score de rugby !) le 2 mars 1924.

 
 

Un de trop

Lors de la rencontre contre UA Chârost du 30 mars 1924 ; mi-temps 0-0, Chârost est disqualifié en deuxième mi-temps pour avoir fait jouer douze joueurs en même temps !

 
 

Premiers matches entre voisins

 

Déjà la fin de série !

De trois, on passe à une seule série avec de moins en moins d'engagés. Le football peine toujours à trouver sa place dans le Cher.

 

1924-25 : Un peu mais ...Patro

Première rencontre avec (Sainte-)Marie

Dans les années 20, les équipes de football dans le département sont guère pléthoriques.

Peu importe l'adversaire, il faut jouer et pour le résultat , on verra bien, ma foi…

Le 22 février 1925, Sainte-Marie (Bourges) est le premier patronage* rencontré et par la suite Saint-Bonnet (Bourges), Saint-François (Bourges)...Le cortège des patronages dans le Cher n'est pas exhaustif, on trouve aussi le Patronage Jeannne d'Arc à Mehun s/Yèvre, Notre-Dame et Saint-Louis à Vierzon mais aussi Saint-Joseph à Aubigny s/Nère, Saint-Augustin à Saint-Amand-Montrond, etc.

* Œuvre qui donne une formation morale à des jeunes, organise leurs loisirs.

 

Pluie de buts 

Après le naufrage du 14/12/24 (défaite du SC Saint-Amand Montrond 9-0 contre Rosières), les joueurs du Boischaut se rassurent un peu quelques jours plus tard...

Nos plus plates excuses 

Amoindrie par quelques absences, l'US Rosières tient à présenter toutes ses excuses à l'UA Chârost (11/01/25)...

 

1925-26 : Le football commence à faire son trou à Rosières...

On jouait au "Trou du balai"

Les Usines de Rosières mettent à disposition pour les footballeurs un immense champ situé en bordure du Cher, au lieu dit « Trou du balai » : Stade du Pont-Jacquier.

 

Un polonais pourrait-il cacher un tchèque ?

Les nécessités nées d'une expansion rapide, la difficulté à recruter sur place, conduisent les Usines de Rosières, entreprise de taille moyenne spécialisée dans la métallurgie, à recruter au cours des années vingt et jusqu'en 1932, de nombreux étrangers, dont plus de 3000 travailleurs polonais.

Le chroniqueur du moment a sans doute confondu la Pologne d’un part, et la Slovaquie et la Tchéquie d’autre part !

 

La Berrichonne de Châteauroux jouera au stade du Pont Jacquier

Pour cette rencontre de championnat du Berry 3ème série du 15 novembre 1925, Rosières dispose de la Berrichonne de Châteauroux (1) 1-0. Certainement l'une des rares victoires contre l'équipe première de la Berrichonne de Châteauroux (à l'époque le plus grand club castelroussin est l'AS Châteauroux qui fusionnera en 1935 ...avec la Berrichonne de Châteauroux).

 

"La prochaine fois, tu tireras le pénalty"

Lors de cette rencontre entre voisins, l'arbitre siffle quatre pénalties ...et 3 sont ratés !

 

1926-27 : La bicyclette pour s'échauffer

Allez, roulez jeunesse !

Le chemin de fer économique (bicyclette) est utilisé le plus souvent possible pour les déplacements dans le département. Le voyage de Chârost (environ 16 km) en 1927 prend l'allure d'une véritable expédition : départ 9h de la gare de Rosières avec « musettes » pour les équipements et les « casse-croûte », retour vers 19h30. Et tous sont contents !...

Marmagne ne rime pas avec hargne

L'US Rosières revient de Marmagne avec une nette victoire 6-0 (05/12/26)

 

1927-28 : Mauvais perdant

C'est qui le Patron !

En ce mois de novembre (06/11/27), l'US Rosières ne pèse pas lourd sur le terrain de Lazenay: 9-0 pour le Patronage Saint-François Bourges. Malgré tout, Rosières garde la foi. Prions maintenant Saint-François pour que cette fessée ne se reproduise plus !

Alors on se frotte aux bidasses !

Partie acharnée entre le 95e Régime d'Infanterie et l'US Rosières où les soldats dictent leur loi 3-2.

Petits joueurs

Lors de ce match entre le CS Mehun s/Yèvre - U.S.R. (le 26 février 1928) comptant pour le challenge PROUDHON et alors qu'il est mené au score, l'U.S.R. préfére quitter le terrain... En espérant que le match soit rejoué !

 
 

1928-29 : Trop c'est trop !

Respect du règlement à la lettre

Pour le challenge PROUDHON, U.S Rosières termine première mais est reléguée à la troisième place après une réclamation recevable de Châteauneuf s/Cher  (Rosières joue avec quatre étrangers lors de la rencontre Rosières-Châteauneuf s/Cher 1-0 du 10 mars 1929 !).

Le SC Châteauneuf s/Cher remporte le challenge PROUDHON devant le CS Mehun s/Yèvre.

Extrait du règlement du challenge PROUDHON : Les clubs ne pourront faire jouer plus de 3 joueurs étrangers...

Perte de contrôle

Dimanche 3 mars 1929, l'US Rosières se déplace à Mehun s/Yèvre pour y rencontrer le Club Sporting Mehun. Handicapés déjà d'un joueur dès le coup, les fondeurs ont le malheur de prendre un joueur sur blessure grave. L'arbitre mehunois chahuté décide donc d'interrompre la rencontre. A l'époque, les remplaçants ne sont pas encore autorisés.

La "Berri"...de nouveau

Pour cette demi-finale du championnat du Berry de 2 ème série, Rosières mène 3-0 mais c'est sans compter sur la détermination de la Berrichonne de Châteauroux qui égalisera 3-3 à une minute de la fin !

Lors du match d'appui à Neuvy-Pailloux, les castelroussins l'emportent facilement 5-0 (le 10/02/2929) et deviendront champions du Berry de 2ème série par la suite. La Berrichonne de Châteauroux revient vraiment du diable Vauvert et peut retrouver le sourire ...

Allumez les bougies

Les stades ne sont pas encore dotés d'éclairage. La finale entre l'US Lignières et l'USR ne va pas à son terme, la nuit s'invitant à la partie !

Il est aussi hors de question d’abréger la rencontre par des tirs au but donc la finale sera rejouée à une date ultérieure. L'US Rosières remportera ce match et ce trophée quelques jours plus tard ...